Correction DS n°4 – Séquence : Le théâtre – 12 décembre.harp1

Objectif : la caractérisation du personnage

MOLIERE L'Avare Acte I, scène 3

1 – Recopiez les indications scéniques en les classant selon qu'elles donnent des précisions sur les gestes des personnages ou sur la façon dont ils doivent s'exprimer. (3 points)

les gestes des personnages

la façon dont ils doivent s'exprimer.

À part (l.3; 22)

A part (l.3, 22)

Levant la main pour donner un soufflet à Elise (l.30)

Bas (l.22; 26)

Montrant les hauts-de-chausses de la Flèche (l.42)

Haut (l.23; l.26)

2 – Que veut obtenir Harpagon de son valet, lignes 1 à 32? Quel est le principal argument qu'il développe (lignes 2, 14 à 16, 21 à 24, 26-27)? (2 points)

Harpagon veut que son valet s'en aille (« hors d'ici », « que l'on détale de chez moi », « sors vite », « je veux que tu sortes », « va-t'en », « sors d'ici »... ).

Il dit que La Flèche est un voyou, un « maître juré filou, vrai gibier de potence », qui veut l'espionner, faire courir le bruit qu'il a de l'argent et surtout le voler

harp23 – Le valet est-il d'accord avec ce que lui demande son maître? Quelles sont les raisons pour lesquelles il refuse d'obéir (lignes 6, 9, 11, 17 à 19)? (2 points)

Non, il récuse toutes les accusations et ne veux pas sortir (« pourquoi me chassez-vous? »). Il ne veut pas partir car le fils d'Harpagon lui a donné l'ordre d'attendre, et parce qu'il afirme ne pas pouvoir ni même vouloir voler son argent. Il dit qu'il ne sait même pas si son maître a de l'argent et que cela lui est égal.

4 – A quel moment La Flèche se décide-t-il à obéir? Pourquoi Harpagon le retient-il alors? (2 points)

A la ligne 33, le valet se décide à partir « Hé bien! Je sors. » mais Harpagon le retient pour vérifier s'il n'a rien volé, s'il n'emporte pas d'argent dehors : « ne m'emportes-tu rien? »harp4

6 – Quel type de phrase le valet utilise-t-il pour répondre à son maître aux lignes 6 et 9? Que cherche donc à comprendre le serviteur? (2 points)

Aux lignes 6 et 9, le valet utilise des phrases interrogatives (points d'interrogation, inversion sujet-verbe). Il cherche à savoir pourquoi Harpagon veut qu'il s'en aille.

7 – Lisez à voix haute les répliques à partir de la ligne 33. Quel effet cet enchaînement produit-il sur le spectateur? Quel trait de caractère d'Harpagon est ainsi mis en évidence? (3 points)

A partir de la ligne 33, les répliques sont courtes et s'enchainent rapidement. Le rythme est enlevé ce qui augmente l'effet comique de la scène sur le spectateur. Il peut comprendre et se moquer de l'avarice d'Harpagon.

8 – Certaines expressions sont reprises d'une réplique à l'autre (ligne 9 et 10; 11 et 12; 16 et 17; 19_ et 20; 24 et 25; 34 et 35). Relevez-les. Les personnages s'écoutent-ils? Se comprennent-ils? Justifiez votre réponse. (3 points)

Qu'est-ce que je vous ai fait...

tu m'as fait que...

ordre de l'attendre

Va-t'en l'attendre

Pour vous voler

s'il n'y a rien à voler

Quand vous renfermez toutes choses

Je veux renfermer ce que bon me semble

Les personnages s'écoutent mais ne se comprennent pas car Harpagon est obsédé par son argent et par la crainte d'être volé. C'est pourquoi son jugement est faussé par cette obsession et qu'il ne peut comprendre les arguments sensés de son valet.

QUESTION BONUS : (+3)
A quels modes sont les verbes qu'emploie Harpagon aux lignes 1 et 2? Puis aux lignes 7 et 12? Justifiez l'emploi de ces modes. Quel trait de caractère du maître est ainsi mis en évidence?

Ligne 1 : "qu'on ne réplique pas" et Ligne 2 : "que l'on détale"... sont des verbes au mode subjonctif (à valeur d'ordre, de défense)

Ligne 7 : "Sors vite" et ligne 12 : "Va-t'en"... sont des verbes au mode impératif (à valeur d'ordre).

Harpagon donne des ordres à son valet, cela met en évidence son caractère autoritaire.

harp3

TEXTE :

SCÈNE III

HARPAGON, LA FLÈCHE.

HARPAGON. - Hors d'ici tout à l'heure, et qu'on ne réplique pas. Allons, que l'on détale de chez moi, maître juré filou ; vrai gibier de potence.

LA FLÈCHE. - Je n'ai jamais rien vu de si méchant que ce maudit vieillard ; et je pense, sauf correction, qu'il a le diable au corps.

HARPAGON. - Tu murmures entre tes dents.

LA FLÈCHE.-  Pourquoi me chassez-vous?

HARPAGON. - C'est bien à toi, pendard ; à me demander des raisons : sors vite, que je ne t'assomme.

LA FLÈCHE. - Qu'est-ce que je vous ai fait ?

HARPAGON. - Tu m'as fait, que je veux que tu sortes.

LA FLÈCHE. - Mon maître, votre fils, m'a donné ordre de l'attendre.

HARPAGON. - Va-t'en l'attendre dans la rue, et ne sois point dans ma maison planté tout droit comme un piquet, à observer ce qui se passe, et faire ton profit de tout. Je ne veux point avoir sans cesse devant moi un espion de mes affaires ; un traître, dont les yeux maudits assiégent toutes mes actions, dévorent ce que je possède, et furettent de tous côtés pour voir s'il n'y a rien à voler.

LA FLÈCHE. - Comment diantre voulez-vous qu'on fasse pour vous voler ? Êtes-vous un homme volable, quand vous renfermez toutes choses, et faites sentinelle jour et nuit ?

HARPAGON. - Je veux renfermer ce que bon me semble, et faire sentinelle comme il me plaît. Ne voilà pas de mes mouchards, qui prennent garde à ce qu'on fait ? Je tremble qu'il n'ait soupçonné quelque chose de mon argent. Ne serais-tu point homme à aller faire courir le bruit que j'ai chez moi de l'argent caché ?

LA FLÈCHE. - Vous avez de l'argent caché ?

HARPAGON. - Non, coquin, je ne dis pas cela. (À part.) J'enrage. Je demande si malicieusement tu n'irais point faire courir le bruit que j'en ai.

LA FLÈCHE. - Hé que nous importe que vous en ayez, ou que vous n'en ayez pas, si c'est pour nous la même chose ?

HARPAGON. - Tu fais le raisonneur ; je te baillerai de ce raisonnement-ci par les oreilles. (Il lève la main pour lui donner un soufflet.) Sors d'ici encore une fois.

LA FLÈCHE. - Hé bien, je sors.

HARPAGON. - Attends. Ne m'emportes-tu rien ?

LA FLÈCHE. - Que vous emporterais-je ?

HARPAGON. - Viens çà, que je voie. Montre-moi tes mains.

LA FLÈCHE. - Les voilà.

HARPAGON. - Les autres.

LA FLÈCHE. - Les autres ?

HARPAGON. - Oui.

LA FLÈCHE. - Les voilà.

HARPAGON. - N'as-tu rien mis ici dedans ?

LA FLÈCHE. - Voyez vous-même.